Calcium

Le calcium est le sel minéral le plus abondant dans l’organisme, il représente 2 % du poids corporel.

Parmi les problèmes majeurs que pose notre alimentation de type occidental, on cite l'existence de subcarences calciques (en particulier dans certaines populations à risque telles que les adolescent(e)s ou les personnes âgées), et ceci malgré une situation d'abondance. La consommation abusive de produits animaux (excès de protéines, de graisses saturées), de sels de sodium, l'emploi d'additifs phosphatés (notamment dans les sodas) est incriminée. La popularité des aliments raffinés contribue aussi à un déséquilibre de l'homéostasie ionique et à une perte des micronutriments protecteurs tels que le calcium. L'essentiel du calcium de l'organisme (99%) est stocké dans le squelette et les dents. Elément plastique sous forme d'hydroxyapatite, il confère au squelette ses propriétés mécaniques. La stabilité de la calcémie à 100 mg/l est assurée par l'absorption calcique intestinale, la réabsorption calcique tubulaire rénale et la résorption osseuse.

Les apports en calcium (principal déterminant du pic de masse osseuse) sont d'une extrême importance pour la croissance et cette obligation du régime à le fournir persiste même lorsque ce processus est achevé car le minéral intervient dans des fonctions essentielles telles que la contraction musculaire, la conduction nerveuse, la libération des neurotransmetteurs, la coagulation sanguine, l'activation de certains enzymes, la sécrétion hormonale, la mobilité et la division cellulaire, ou encore le maintien de l'intégrité des membranes…. Selon une enquête récente, les trois groupes définis comme étant à risque de subcarences calciques sont les adolescentes, les femmes âgées de plus de 55 ans et les personnes de plus de 80 ans vivant en institution (maisons de repos/retraite/hôpital) chez qui les niveaux de consommation quotidienne ne dépassent pas respectivement 0,7 ANC, 0,6 ANC et 0,4 ANC. Par conséquent, la correction des déficiences éventuelles devrait précéder ou accompagner toute thérapeutique en matière d'ostéoporose.

D'autre part, le concept d'apports optimaux en micronutriments cellulaires, fait appel à la notion de biodisponibilité. Or, la fraction bio-accessible pour les tissus est très limitée du fait d'une barrière intestinale justifiée d'un point de vue phylogénique pour éviter une surexposition vis à vis du calcium, très abondant dans la nature il y a quelques millénaires. On considère que la fraction absorbée représenterait moins de 30% de la quantité ingérée. Il faut donc choisir des sels biodisponibles afin d'en faciliter l'absorption.

Copyright Nutralica 2002 - 2018 | Mentions Légales | Politique de confidentialité

Ce site n'est pas un site médical. Les informations ne peuvent en aucun cas se substituer à une consultation chez un professionnel de la santé