• Accueil
  • Les enzymes
  • Acide (+) α Lipoïque

Acide (+) α Lipoïque

Acide (+) α Lipoïque est un co-enzyme issu du métabolisme de la cystéine. Il est le co-facteur essentiel des enzymes intervenant dans le cycle énergétique de Krebs : la pyruvate déshydrogénase et l'alpha-cétoglutarate déshydrogénase (2-oxoglutarate déshydrogénase). Ces deux protéines sont des complexes combinant trois activités enzymatiques agissant séquentiellement : une décarboxylase, une transacétylase et une réductase. Il sert de transporteur de substrat entre les sites actifs des trois enzymes permettant le transfert ultime du groupement acyle vers le coenzyme A du cycle énergétique de Krebs.

chaine respiratoire mitochondrie

Acide (+) α Lipoïque traverse les membranes cellulaires et exerce son action antioxydante dans les compartiments lipidiques et hydriques des cellules du corps, y compris dans le cerveau. Il diminue les niveaux de métaux toxiques dans l’organisme et, particulièrement, ceux du mercure.

Il favorise la santé du cerveau et des cellules nerveuses en stimulant le facteur de croissance nerveuse, améliorant donc la mémoire/concentration d’animaux âgés en réparant les défauts liés au vieillissement des récepteurs des cellules du cerveau.

Il protège les cellules du cerveau des lésions provoquées par des toxines et des produits chimiques.

Il aide à prévenir les maladies cardiaques en protégeant le cholestérol-LDL de l’oxydation, en normalisant les niveaux élevés de lipides peroxydés chez des animaux âgés, réduisant ainsi le risque de maladie cardiovasculaire.

Il augmente les niveaux d’acides nucléiques et de protéines, tous deux déprimés par le vieillissement, dans les tissus. Il restaure la protection antioxydante des mitochondries, affaiblie également par le vieillissement.

Il prévient la toxicité du peptide bêta-amyloïde, l’un des principaux mécanismes responsables du développement de la maladie d’Alzheimer.

Acide (+) α Lipoïque réduit l’hyperglycémie. Son administration augmente le transport du glucose en stimulant ses transporteurs (GLUT-1 et GLUT-4). Cette activité est indépendante de l’insuline. La supplémentation en Acide (+) α Lipoïque(300 à 600 mg/j) abaisse significativement dans le sang, le taux de glucose, de pyruvate, de sorbitol et d’acétoacétate en augmentant la teneur musculaire et hépatique en glycogène. La prise de 600 mg/j d’acide lipoïque pendant 4 semaines améliore de 30 % l’assimilation du glucose. L’administration à long terme d’acide Acide (+) α Lipoïque (600 à 800 mg/j) permet de corriger la neuropathie diabétique en induisant la croissance des fibres nerveuses.

A noter que l’hyperglycémie est un facteur d’élévation du taux de céruloplasmine plasmatique chez les patients vieillissants.

Acide (+) α Lipoïque agit aussi sur l’oxygène singulet, l’hypochlorite et le peroxynitrique. Ces radicaux libres participent aux processus de développement de maladies comme l’athérosclérose, l’arthrose, le diabète, la cataracte.

image oxygne singulet

Acide (+) α Lipoïque permet la régénération de nombreux antioxydants. Une fois qu’un antioxydant a neutralisé un radical libre, il perd sa capacité antioxydante pour éventuellement devenir un pro-oxydant. Il doit donc être régénéré. L’acide lipoïque régénère plusieurs antioxydants vitaux : la vitamine E, le glutathion peroxydase GPx, la vitamine C et l’ubiquinol (forme réduite du coenzyme Q10)

Les principales sources d'Acide (+) α Lipoïque sont les épinards, les rognons, le cœur, la viande de bœuf, les brocolis. Mais elles n’en apportent que de faibles quantités.

Copyright Nutralica 2002 - 2019 | Mentions Légales | Politique de confidentialité

Ce site n'est pas un site médical. Les informations ne peuvent en aucun cas se substituer à une consultation chez un professionnel de la santé